Les urgences oculaires

OptoMag| 25 mai 2023, Matthieu Goncerut

AOR_Optometrie

Les urgences oculaires [1]

Matthieu Goncerut — mars 2021

Mots clef : Urgence, œil rouge

Résumé :

Les urgences sont quelque chose de plus ou moins courant dans la pratique optométrique en magasin. Elles seront quasiment quotidiennes en cabinet ou en hôpital. Dans cet article, vous trouverez une liste non exhaustive des urgences ophtalmologiques auxquelles vous pourriez être confronté durant votre pratique, classées selon leur gravité. Vous trouverez également une aide au diagnostic en fonctions des symptômes et observations.

Introduction :

Le terme « urgence » est couramment utilisé dans le domaine médical. Il désigne, dans la majorité des cas, une situation qui nécessite une prise en charge sans délai du patient. Néanmoins, une urgence varie selon qui la définit ; le patient, le médecin ou le personnel médical.

La particularité de l’ophtalmologie est de ne comporter qu’exceptionnellement des situations de menace vitale.

Dans le cadre des urgences, les principaux motifs de consultation sont une symptomatologie ou un événement contextuel. Il peut s’agir d’un œil rouge et/ou douloureux, d’une anomalie visuelle, de myodésopsie/phosphènes, d’un larmoiement, d’une diplopie, d’une anomalie pupillaire ou des annexes. Un contexte spécifique peut à lui seul conduire le patient à consulter en urgence. Par exemple, il peut s’agir d’une projection de corps étranger ou de toxique, d’un traumatisme orbitaire, etc.

L’urgence en ophtalmologie est une situation clinique qui menace l’intégrité fonctionnelle et/ou anatomique de l’œil, mais ne met pas en jeu le pronostic vital. Le délai de prise en charge dépend du risque d’aggravation. S’il y a un risque, la prise en charge doit être immédiate. Des délais optimaux de cette dernière contribuent à prévenir les risques d’aggravation.

Méthodes :

Le premier contact se fera la plupart du temps par téléphone. Il faut reconnaitre un rôle majeur dans la définition de l’urgence au personnel d’accueil (secrétaire et/ou optométriste) qui enregistre la plainte du patient et décide de sa priorité en fonction des symptômes rapportés par ce dernier. Cette tâche, déjà difficile, est parfois encore plus compliquée par les patients, qui adoptent un discours agressif ou appuient leurs plaintes de symptômes erronés.

Une fois que le patient est au cabinet/magasin, une anamnèse plus poussée, corrélée avec vos observations à la lampe à fente devrait vous permettre de juger de la sévérité de l’urgence, et ainsi de définir le meilleur délai pour la prise en charge de cette dernière.

Résultats :

Urgence prioritaire

Urgence relative

un ou plusieurs de ces symptômes

un ou plusieurs de ces symptômes

Anomalie de vision soudaine :

  • Avec œil blanc
  • Avec œil rouge

Anomalie de vision :

  • Progressive
  • Ou ancienne avec œil blanc

Tâche ou point fixe dans la vision

Corps flottants, mouches volantes

Douleur aiguë

Vision normale avec :

  • Douleur
  • Rougeur
  • Sécrétions

Photophobie

Symptômes d’inconfort

Impossibilité d’ouvrir l’œil

Sensation de grain de sable

Sécrétions

Picotements

Traumatisme :

  • Direct par corps étranger
  • Chimique

Œil sec

Larmoiement

Gêne à la lumière

Tableau 1 : Symptôme de l’urgence [2]

Urgence prioritaire

Urgence relative

Suspicion en fonction des symptômes

Suspicion en fonction des symptômes

Anomalie de vision soudaine + œil blanc :

  • Décollement de rétine
  • Atteinte maculaire
  • Atteinte du nerf optique
  • Complications vasculaires (p.e HTA)

Anomalie de vision progressive :

  • Cataracte
  • Évolution du défaut réfractif
  • Corps flottant, phosphène
  • Décollement postérieur du vitré (DPV)

Douleur aiguë + rougeur :

  • Atteinte cornéenne (abcès, kératite)
  • Infection oculaire

Gêne douloureuse +/— de rougeur

  • Conjonctivite
  • Inflammation des paupières
  • Hémorragie sous-conjonctivale
  • Œil sec

Traumatisme oculaire :

  • Lésion, ou plaie oculaire
  • Brûlure chimique
 

Tableau 2 : Suspicion en fonction des symptômes [3]

Gravité

Nature de l’urgence (pathologie)

Partie touchée

1

Hémorragie sous-conjonctivale

Conjonctivite non infectieuse

Kératite ponctuée superficielle (KPS)

Corps flottants isolés

Migraine ophtalmique

Complication mécanique des lentilles de contact

Ptérygion inflammatoire

Blessure conjonctivale sans exposition sclérale

SA

SA

SA

BO

NO

SA

SA

SA

2

Conjonctivite virale

Épisclérite

Plaie des paupières (bords libres non touchés)

Ulcère cornéen épithélial non infecté, non perforé

Conjonctivite bactérienne

Douleur aiguë postopératoire isolée

Blessure conjonctivale avec exposition sclérale

Kératite interstitielle non infectieuse

Plaie cornéenne lamellaire non transfixiante non axiale

Hypertonie entre 25 – 35 mmHg

Uvéite antérieure aiguë 1er épisode

Complication de suture chirurgicale hors infection

Néovaisseaux choroïdiens périphériques ou complication

Oedème rétinien périphérique post-traumatique

SA

SA

SA

SA

SA

NO

SA

SA

SA

SA

SA

SA

SP

SP

3

Traumatisme avec hyphéma isolé

Anomalie pupillaire sans signe oculomoteur

Kératite sans facteur de gravité + lentille de contact

Plaie cornéenne avec corps étranger cornéen hors de l’axe visuel

Uvéite antérieure aiguë récidivante

Sclérite

Infection des voies lacrymales/Dacryocystite aiguë

Plaie du bord libre de la paupière

Oedème maculaire

Toxoplasmose choriorétinienne active périphérique

Déchirure rétinienne périphérique à plat, sans DR

Diplopie binoculaire aiguë sans signe neurologique

Ulcère cornéen stromal non infecté, non perforé

Hémorragie vitréenne isolée sans cause identifiée

Toxoplasmose choriorétinienne active centrale ou parapapillaire

Trou maculaire

Plaie du releveur supérieur de la paupière

Névrite optique sans signe neurologique associé

Kératite infectieuse

Plaie cornéenne lamellaire non transfixiante dans l’axe visuel

Complication liée au capot LASIK

Complication non infectieuse de suture de kératoplastie

Brûlure oculaire < 9 h autour du limbe < 75 % de conjonctive

Hypertonie de 35 mmHg ou plus

Iridodialyse

Plaie des voies lacrymales

Hyalite sans étiologie identifiée

Occlusion de branche de la veine centrale rétinienne

Déchirure rétinienne périphérique à bords décollés sans DR

Maculopathie post-traumatique

BO

NO

SA

SA

SA

SA

SA

SA

SP

SP

SP

BO

SA

SP

SP

SP

SA

NO

SA

SA

SA

SA

SA

SA

SA

SA

SP

SP

SP

SP

4

Hémorragie intraoculaire dans les 3 jours post-chirurgie

Plaie cornéenne lamellaire transfixiante auto-étanche

Vascularite rétinienne

Occlusion de branche de l’artère centrale rétinienne

Néovaisseaux choroïdiens fovéaux ou complication

Rupture choroïdienne

Réouverture de plaie sclérale

Anomalie pupillaire avec signe oculomoteur associé

Névrite optique avec foyer neurologique associé

Neuropathie optique ischémique isolée

Dislocation cristallinienne

Rejet aigu de kératoplastie

Complication infectieuse liée aux sutures chirurgicales

Occlusion de la veine centrale de la rétine

Plaie du bulbe oculaire sans corps étranger intraoculaire, œil formé

Complication mécanique post-chirurgicale + athalamie

Kératite sans facteur de gravité + lentille de contact

Glaucome aigu à angle fermé

Glaucome néovasculaire

Décollement de rétine + macula à plat (Macula ON)

Toxoplasmose choriorétinienne active, fovéale ou papillaire

BO

SA

SP

SP

SP

SP

BO

NO

NO

NO

SA

SA

SA

SP

BO

BO

SA

SA

SP

SP

SP

5

Plaie du bulbe oculaire + corps étranger intraoculaire, œil formé

Rupture sclérale

Diplopie binoculaire aiguë + foyer neurologique

Plaie du nerf optique

Plaie cornéenne lamellaire transfixiante non étanche

Dislocation du greffon de kératoplastie

Blébite

Décollement de rétine + macula décollée (Macula OFF)

Occlusion de l’artère centrale de la rétine

Plaie du bulbe oculaire sans corps étranger intraoculaire + athalamie

Ulcère cornéen non infecté perforé

Plaie du bulbe oculaire + corps étranger intraoculaire + athalamie

Panophtalmie

BO

BO

NO

NO

SA

SA

SA

SP

SP

BO

SA

BO

BO

BO : Bulbe oculaire NO : Nerf Optique SA : Segment Antérieur SP : Segment Postérieur

Tableau 3 : Liste des pathologies en fonction de la sévérité [4]

Lexique des abréviations :

ATCD : Antécédent

CAFA : Crise aiguë de fermeture de l’angle

CE : Corps étranger

CEIO : Corps étranger intraoculaire

DR : Décollement de rétine

DPV : Décollement postérieur du vitré

PIO : Pression Intraoculaire

Tableau 4 : Orientation diagnostique devant un œil rouge non douloureux sans anomalie visuelle [5]

Tableau 5 : Orientation diagnostique devant un œil rouge douloureux avec anomalie visuelle [6]

Discussion :

Il en va de notre responsabilité, en tant qu’optométriste, d’offrir une prise en charge rapide et précise pour tout patient nous consultant en urgence. Si vous ne pouvez pas diagnostiquer la pathologie, ou si vous avez le moindre doute, référez immédiatement votre patient chez son ophtalmologue ou aux urgences de l’hôpital ophtalmique pour un examen plus approfondi.

Références :

[1] Jean-Louis Bourges, Urgences en ophtalmologie, Elsevier Masson SAS, imprimé en Italie, 2018

[2] Tableau 1 : Urgences en ophtalmologie, Elsevier Masson SAS, imprimé en Italie, 2018 page 13

[3] Tableau 2 : Urgences en ophtalmologie, Elsevier Masson SAS, imprimé en Italie, 2018 page 13

[4] Tableau 3 : Urgences en ophtalmologie, Elsevier Masson SAS, imprimé en Italie, 2018 page 19, Fig. 1-3-3

[5] Tableau 4 : Urgences en ophtalmologie, Elsevier Masson SAS, imprimé en Italie, 2018 page 180 Fig. 4-2-11

[6] Tableau 5 : Urgences en ophtalmologie, Elsevier Masson SAS, imprimé en Italie, 2018 page 183

Fig. 4-2-18

aor-img-magazine

Télécharger le magazine électronique AOR

Recevez le dernier numéro de notre eMagazine

Nous contacter

Adresse du secrétariat

Association des Optométristes Romands
Secrétariat AOR

Rue des Forgerons 18
CH-2065 Savagnier

Retour en haut